Contactez-nous
Donnez / Donate

Article/Entrevue

changer de province pour obtenir des traitements

Publié le 5 Avril 2013 Nord Info et Voix des Mille-Iles Valérie Schmaltz Selon Statistique Canada, cheap il y aurait eu, see en 2010, environ 179 000 diagnostics d’hypersensibilité environnementale. Une augmentation de 4 % par rapport à 2005 pour le Québec et de 34 % pour le Canada. «Elle est davantage répandue dans les pays industrialisés», explique le vice-président de l’Association pour la santé environnementale du Québec (ASEQ), Michel Gaudet. Si ce dernier ne souffre pas d’hypersensibilité environnementale, il a cependant été témoin, en 1993, de l’empoisonnement aux pesticides de son épouse et, à moindre échelle, de ses deux enfants. «Notre voisin utilisait des pesticides pour traiter un problème d’araignées. À la suite de cela, la santé de ma femme s’est détériorée.» Des tests sanguins passés aux États-Unis révèlent une très haute teneur en pesticides chez l’épouse de Michel Gaudet, Rohini Peris. «Dans les faits, c’est toute la famille qui avait été contaminée par les pesticides, mais pour ma femme, c’était pire, car elle était restée à la maison toute la journée, contrairement à moi qui étais parti travailler et les enfants qui étaient à l’école.» Les moins atteints des quatre sont Michel Gaudet et son fils Jonathan. «Ma fille a reçu des traitements en Ontario. Aujourd’hui, elle reste toujours sensible aux odeurs. Fort heureusement, l’entreprise où elle travaille aujourd’hui a émis une politique de non-fragrance au travail.» Pour Rohini, par contre, les séquelles ont été beaucoup plus graves. Ce sont des traitements reçus en Ontario qui lui ont…
continue reading

Hypersensibilité environnementale et électromagnétique **

Hypersensibilité environnementale et électromagnétique: «Je ressentais comme des micro aiguilles qui me traversaient le corps.»— Alain Paquette, troche 29 ans     Publié le 2 Avril 2013 Nord Info et Voix des Mille-Iles Valérie Schmaltz «J’étais électro sensible aussi, donc pas de télévision ni ordinateur, cellulaire ou encore de calorifère électrique à proximité de moi. Si j’étais en présence de ces éléments, je ressentais comme des micro aiguilles qui me traversaient le corps», explique Alain Paquette, diagnostiqué comme hypersensible. Ce dernier a 21 ans quand tout le monde autour de lui est convaincu qu’il est en train de mourir. «Personne ne trouvait ce que j’avais. Les médecins croyaient à une dépression. Mais moi, je savais pertinemment que je ne faisais pas de dépression. Au contraire, malgré cette fatigue, j’avais un excellent moral», soutient-il. Avec l’énergie du désespoir, Alain décide d’adopter une nouvelle stratégie pour s’en sortir. Avec persévérance et fermeté, il lit, se renseigne et décide alors d’adopter une alimentation biologique: «J’ai changé mon alimentation et j’ai pris des marches quotidiennement, même si je n’étais pas bien.» Puis, il emménage dans un bâtiment secondaire attenant à la ferme de ses parents afin de se soustraire à la fumée secondaire du tabac, mais surtout pour respirer de l’air pur. Les résultats n’ont pas tardé. Si la plupart des gens souffrent d’hypersensibilité de façon légère, Alain Paquette croit que tout le monde est affecté par les polluants, et ce, à divers degrés. Reconnaissant Reconnaissant envers sa mère, encore bien des années plus…
continue reading

un handicap pour la vie?

un handicap pour la vie?
Alors que l’épisode des champignons toxiques semble réglé une bonne fois pour toutes, Micheline St-Onge n’est pas au bout de ses peines. Deux ou trois mois plus tard, alors qu’elle effectue un simple lavage, elle ressent des engourdissements du côté gauche de son corps. Micheline St-Onge explique pourquoi sa boîte d’entrée électrique ne fonctionne qu’à moitié. Publié le 22 Mars 2013 L'Éveil et La Concorde Valérie Schmaltz «Même si je ne le savais pas encore, je venais de faire ma toute première réaction à l’eau de Javel», rapporte-t-elle. S’ensuit alors une véritable escalade pour Mme St-Onge. Un après l’autre, les produits nettoyants lui causent douleurs, engourdissements et enflures dans certains cas. «Aujourd’hui, j’ai des réactions à 75 produits utilisés dans la vie courante, comme le parfum, le propane, le caoutchouc, le fixatif, les huiles essentielles, etc.», énumère-t-elle. C’est sans compter moult intolérances, dont celles au gluten et au lactose puis une hypersensibilité électro-magnétique qui s’est ajoutée, il y a maintenant trois ans. «Lorsque je suis en contact avec ces produits, j’enfle. En fait, ce sont les tissus mous qui enflent. Mon organisme réagit comme s’il était attaqué. Pour ce qui est du lactose, c’est la même chose, mon abdomen gonfle comme si j’étais enceinte de six mois.» Si aujourd’hui Micheline tolère mieux son environnement, c’est aussi en partie grâce à des timbres qu’elle fait venir des États-Unis et qui sont destinés aux gens qui souffrent d’hypersensibilité environnementale. Ces timbres stimulent des points bien précis sur son corps. Marché du travail…
continue reading

Quand la maison rend malade

Quand la maison rend malade
Hypersensibilité environnementale: quand la maison rend malade Publié le 22 Mars 2013 Nord Info et Voix des Mille-Iles Valérie Schmaltz Il aura fallu une année à Micheline St-Onge avant de savoir d’où provenaient ses nombreux problèmes de santé.   L’été qui suit l’achat de leur maison à Châteauguay, medicine health Micheline Saint-Onge et son époux, nurse René Parent, cialis ainsi que leur petit garçon partent en Abitibi pendant un mois. De ce séjour, Micheline reviendra enceinte de son deuxième enfant. «En rentrant chez moi, je me suis mise à vomir. Puis, à vomir jour et nuit. J’avais des œdèmes aux chevilles. J’ai cru que j’allais mourir. Je n’étais même plus capable de marcher, de se remémorer Mme St-Onge encore très émotive au souvenir de ces évènements. Quand mon mari partait travailler le matin, il me sortait du lit et me couchait sur le divan. C’était mon fils Guillaume, qui avait 4 ans, qui s’occupait de moi.» En octobre de la même année, Micheline et sa famille s’absentent quelques jours pour un congrès à Québec. Même si son état général est très mauvais et qu’elle se sent extrêmement faible, Micheline ne vomit plus, et ce, durant les six jours que dure cette pause à Québec. «J’étais alors convaincue que c’était terminé», dit-elle. Mais la trêve est de courte durée, puisque dès son retour chez elle, Micheline commence à sentir mal. «Ça faisait une demi-heure que j’étais arrivée et je me suis remise à vomir. Et là, tout d’un coup, ça m’a…
continue reading

Experts gather to discuss electro-smog (anglais seulement)

Experts gather to discuss electro-smog (anglais seulement)
http://www.montrealgazette.com/health/Experts+gather+discuss+electro+smog/8435915/story.html The Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique is calling for a moratorium on the installation of smart meters. Hydro-Québec is installing 3.8 million of the meters, cialis sale which read customers’ consumption remotely. The utility says the meters’ emission levels meters fall well below Health Canada limits. Photograph by: Frederic Hore , prescription Special to The Gazette MONTREAL — You won’t hear alerts about this kind of smog. It’s called electro-smog and groups worried about the growing use of devices emitting radio frequencies — including cellphones, recipe wireless home networks and smart hydro meters — say it should be taken more seriously. On Saturday, they brought medical experts to a Montreal environmental fair to raise awareness about the potential adverse health effects of the radio frequencies. “We don’t see it but there are waves all around us that are suspected, and we believe they do, have an impact on people’s health,” said André Bélisle, of the Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique. The group is calling for a moratorium on the installation of smart meters. Hydro-Québec is installing 3.8 million of the meters, which read customers’ consumption remotely. The utility says the meters’ emission levels meters fall well below Health Canada limits. Consumers can opt to not have a smart meter if they are willing to pay various fees. Magda Havas, an environmental studies professor at Trent University in Ontario, said the public should be made aware of possible dangers. “My concern is that there’s…
continue reading

Une demande de reconnaissance par l’OMS

Une demande de reconnaissance par l’OMS
Les maladies d’origine environnementale, remedy clinic c’est quoi exactement ? Souffrir d’une maladie environnementale, 60mg c’est être anormalement sensible aux ondes électromagnétiques et/ou aux substances chimiques que les autres tolèrent. Non seulement c’est invalidant, order mais en plus, ce n’est même pas reconnu, à l’exception de rares pays comme la Suède ! D’où l’idée de cette Journée mondiale du 12 mai… Publié le 12/05/2011 par Institut Moncey Une demande de reconnaissance par l’OMS Les associations de malades de pathologies environnementales, qui regroupent notamment les s victimes du Syndrome de l’Hypersensibilité Chimique Multiple (HCM) et du syndrome de l’hypersensibilité electromagnétique (HEM), entendent bien bénéficier d’une reconnaissance officielle et pour cela, seront reçues par la Directrice de Santé Publique et d’Environnement de l’OMS, dès demain 13 mai. Cette demande de reconnaissance s’appuie sur une pétition signée par 26 pays, plus de 200 experts de santé environnementale, plus de 240 ONG, fondations et partenariats du domaine de la santé environnementale et de l’environnement. Des symptômes très variables Si les maladies d’origine environnementales ont autant de mal à se faire reconnaître, c’est déjà parce qu’il est très difficile d’imputer leurs symptômes à un facteur environnemental particulier (même si les malades disent aller mieux lorsqu’ils n’y sont plus soumis) et parce que les symptômes décrits sont très variables. Ils vont des troubles neurologiques aux difficultés respiratoires et digestives en passant par des troubles immunologiques, dermatologiques, endocriniens, cardiovasculaires ou ORL. En outre, les médecins ne sont pas formés pour repérer ces pathologies environnementales puisqu’elles ne sont…
continue reading
12