Donnez / Donate

Martin L Pall dans «Toxicologie générale et appliquée»

Martin L Pall dans «Toxicologie générale et appliquée»

Hypersensibilité Chimique Multiple (HCM) au sein de la revue «Toxicologie générale et appliquée», 3eme édition.

samedi 6 Juin 2009
Martin L Pall, Professeur émérite de biochimie et science médicale basique
Publié par : General and Applied Toxicology
Titre original : MCS – Multiple Chemical Sensitivity at “General and Applied Toxicology – 3rd Edition”
Traduit en français par Catherine Hochart pour SOS-MCS et contaminations-chimiques.info
J’ai été très heureux lorsque les 3 éditeurs de la revue «Toxicologie Générale et appliquée» dont la 3ème édition sera bientôt éditée, m’ont demandé d’écrire un rapport sur l’HCM (sensibilité chimique multiple) pour cette prestigieuse publication multi-volumes.L’HCM, comme vous devez le savoir, a été très largement délaissée par les toxicologues en général et j’ai été enchanté que ces trois scientifiques reconnus (chacun d’entre eux ayant publié des études approfondies sur l’action des agents chimiques impliqués dans l’HCM) m’aient demandé d’écrire un tel article.Cela démontre une importante reconnaissance, non seulement pour le travail que j’ai effectué sur l’HCM, mais aussi pour le fait que l’HCM soit maintenant reconnu comme un phénomène toxicologique.L’article, dont le titre est «Hypersensibilité chimique multiple : questions et mécanismes toxicologiques» représente la publication la plus documentée et détaillée sur le HCM. Il fera l’objet d’un chapître de 54 pages au sein de cette publication multi-volumes. Bien qu’une grande partie de cet article soit issue d’une publication antérieure sur le HCM, il comprendra également plusieurs sections très importantes qui seront largement actualisées.Il existe 7 classes d’agents chimiques impliqués dans les HCM et chacun de ces 7 éléments peut indirectement induire une réponse commune dans le corps, accroissant ainsi l’activité NMDA. De plus, des études effectuées sur les animaux ont montré que les éléments de chacune de ces 7 classes d’agents chimiques peuvent voir leurs réponses toxiques abaissées par l’utilisation d’un agent antagoniste NMDA. Cela démontre clairement que non seulement ils produisent l’augmentation de l’activité NMDA mais que ces augmentations jouent un rôle important dans la production de réponses toxiques à ces agents chimiques. Nous avions déjà connaissance de 6 types d’évidence mettant en cause une activité NMDA excessive chez les HCM. Nous avons maintenant des éléments de mise en évidence incontournables montrant que cette réponse commune joue un rôle clef dans HCM.Le rôle de ces agents chimiques agissant comme des toxiques chez les HCM a été confirmé par 4 études génétiques montrant que les gênes déterminant le taux de métabolisme de ces agents chimiques ont une influence sur la susceptibilité ou non à être touché par HCM. (seulement 3 études étaient disponibles au moment ou le rapport initial a été écrit). Ces études impliquent 6 gênes qui sont determinant dans un tel métabolisme des agents chimiques impliqués dans l’initialisation des cas de HCM. Il en résulte que les rôles des agents chimiques impliqués dans l’initialisation des cas de HCM est indéniable.Une série d’études a déjà été publiée, faisant état de réponses objectivement mesurables à de faibles niveaux d’exposition à des agents chimiques parmi des cas de HCM, ces réponses étant très distinctes comparé aux réponses obtenues sur des sujets normaux. Au moins 3 de ces réponses devraient être des tests biomarqueurs spécifiques et pratiques qui pourraient être utilisés dans des études cliniques. Chacune de ces études sont liées au mécanisme du cycle NO/ONOO que l’on pense actif dans HCM et elles fournissent toutes des évidences allant dans ce sens. Nous avons un réel besoin de tests biomarqueurs spécifiques du HCM et cette approche pour développer de tels tests doit être étudiée et pourrait, à mon sens, certainement ainsi fournir des tests biomarqueurs spécifiques reconnus dans un futur proche.

Tous les éléments du cycle NO/ONOO, à l’exception d’un seul, que l’on pense jouer un rôle dans HCM, ont été étudiés chez l’animal et chacun de ces éléments étudiés sont impliqués dans les modèles animaux. Il en résulte que l’on peut considérer le mécanisme du cycle NO/ONOO comme un élément solide/fiable si l’on se base ne serait ce que sur les seules études animales.

Martin L Pall, Professeur émérite de biochimie et science médicale basique

L’article finira par une liste de 5 points d’études futures qui, à mon sens, nécessitent grandement des recherches plus approfondies. Nous avons bel et bien observé des points d’évidence montrant qu’un protocole basé sur la regulation à la baisse du mécanisme du cycle NO/ONOO apporte une aide dans le traitement de la plupart des cas de HCM ou même de Fatigue Chronique ou de Fibromyalgie. Cependant, à ce stade, le traitement n’arrive pas à produire un nombre substantiel de guérisons et semble être assez variable quant au niveau d’amélioration qu’il apporte. Néanmoins, cette approche produit bel et bien des améliorations substantielles chez beaucoup de patients qui sont malades depuis 1, 2 décennies, voire plus. J’ai l’espoir que nous serons capables d’ajouter une seconde phase à ce traitement qui devrait ainsi produire des guérisons. Mais à ce stade, il s’agit d’un espoir.

Martin L Pall