Donnez / Donate

Hypersensibilité environnementale et électromagnétique **

Hypersensibilité environnementale et électromagnétique: «Je ressentais comme des micro aiguilles qui me traversaient le corps.»— Alain Paquette, troche 29 ans

Alain Paquette, 29 ans

Alain Paquette, en 2008, à quelques semaines du lancement de son livre Guide alimentaire rajeunissant. Photo Michel Chartrand

 

 

Publié le 2 Avril 2013
Nord Info et Voix des Mille-Iles
Valérie Schmaltz

«J’étais électro sensible aussi, donc pas de télévision ni ordinateur, cellulaire ou encore de calorifère électrique à proximité de moi. Si j’étais en présence de ces éléments, je ressentais comme des micro aiguilles qui me traversaient le corps», explique Alain Paquette, diagnostiqué comme hypersensible.

Ce dernier a 21 ans quand tout le monde autour de lui est convaincu qu’il est en train de mourir. «Personne ne trouvait ce que j’avais. Les médecins croyaient à une dépression. Mais moi, je savais pertinemment que je ne faisais pas de dépression. Au contraire, malgré cette fatigue, j’avais un excellent moral», soutient-il.

Avec l’énergie du désespoir, Alain décide d’adopter une nouvelle stratégie pour s’en sortir. Avec persévérance et fermeté, il lit, se renseigne et décide alors d’adopter une alimentation biologique: «J’ai changé mon alimentation et j’ai pris des marches quotidiennement, même si je n’étais pas bien.»

Puis, il emménage dans un bâtiment secondaire attenant à la ferme de ses parents afin de se soustraire à la fumée secondaire du tabac, mais surtout pour respirer de l’air pur. Les résultats n’ont pas tardé.

Si la plupart des gens souffrent d’hypersensibilité de façon légère, Alain Paquette croit que tout le monde est affecté par les polluants, et ce, à divers degrés.

Reconnaissant

Reconnaissant envers sa mère, encore bien des années plus tard, de l’avoir soutenu, Alain Paquette est convaincu que l’alimentation biologique et une hygiène de vie stricte lui ont sauvé la vie.

«Aujourd’hui, je ressens encore de l’inconfort lorsque je suis en présence d’une personne qui porte du parfum, mais je ne souffre plus comme avant», dit-il.

Diagnostiqué en 2010 par un médecin de Laval comme souffrant d’hypersensibilité chronique multiple, Alain soutient que ce diagnostic ne lui apporte pas grand-chose, mis à part le fait qu’on ait mis un nom sur ce handicap: «Les tests ont été longs, échelonnés sur une période de 6 à 8 mois environ, avec prises de sang et prises d’urine.»

À son hypersensibilité environnementale s’est ajoutée aussi l’hypersensibilité électromagnétique. «Pendant 7 ans, j’ai dormi tout l’été dehors, dans une tente, pour m’oxygéner. J’avais tellement besoin d’air. Avec de l’air pur, de la nourriture biologique et un bon sommeil, je m’en suis sorti», affirme le jeune homme.

Ne consommant ni alcool, ni nourriture au restaurant, Alain Paquette mise sur une alimentation dite rajeunissante (dont il est l’auteur par ailleurs) pour sa santé.

«Bien sûr que je vois une différence majeure. Avant, je souffrais de constipation chronique. Lorsqu’on n’élimine pas nos toxines, et bien, celles-ci vont ailleurs. Ce fut un travail intense pendant des années pour arriver à ce résultat, mais il faut faire les efforts», atteste-t-il.

Alain Paquette est l’auteur du Guide alimentaire rajeunissant publié en 2009.

 

Valérie Schmaltz